La destruction de l’école primaire

Je n’ai pas pour habitude de poster ce genre de message ici.
C’est juste pour dire que ce qui se passe actuellement est capital.
Que j’y pense jour et nuit.
Que l’école doit évidemment changer mais pas comme ça
Que la couture, le tricot, le blog servent juste à me détendre et à me vider la tête
(ce qui est déjà pas mal me direz-vous!)
après mes folles journées.

Qu’à ce train-là, je ne resterai pas instit’ toute ma vie.

L’heure d’un premier bilan
par Pierre Frackowiak

De nombreux spécialistes, comme Claude Lelièvre, historien de l’éducation, récemment dans le Monde, des syndicalistes, des responsables de mouvements d’éducation populaire, des pédagogues célèbres comme Philippe Meirieu, André Giordan, Eveline Charmeux, Gérard de Vecchi, des praticiens reconnus comme Sylvain Grandserre, et tant d’autres personnalités, répètent inlassablement que nous assistons depuis quelques années à une terrible entreprise de destruction de l’école. Les démonstrations sont faites, elles ne sont guère contestables : nous allons à la catastrophe.

De bonnes âmes s’indignent de tels propos, en particulier chez les cadres qui prônent la loyauté, l’obligation de l’obéissance, le respect de la règle démocratique… Certaines s’expriment en conscience soit parce qu’elles adhèrent à l’idéologie ultra libérale mise en œuvre avec une détermination purement sarkozienne, ce qui est parfaitement leur droit , soit parce qu’elles méconnaissent l’histoire de l’école, ses fondements, ses enjeux, ce qui peut s’expliquer partiellement par l’absence totale de prise en compte de ces questions fondamentales dans leur formation, soit par une soumission qui s’adapte à toutes les alternances. D’autres s’expriment par opportunisme, ce qui est moins honorable surtout si les mêmes, quand ils étaient en exercice en 1989/90/91, n’avaient pas les mêmes préoccupations et se seraient sans doute indignées si M. Jospin avait usé de l’autoritarisme, des sanctions, des menaces. Leur opposition affichée, leur désobéissance, leur résistance passive à cette époque auraient mérité des analyses plus poussées dans le cadre d’un bilan sérieux et honnête, qui n’a malheureusement jamais été fait, de la loi de 1989.

Toutes les mesures prises successivement, tous les effets d’annonce, outre qu’ils ont été décidés, à chaque fois, dans la précipitation politicienne et sans la moindre concertation, sont des actes de destruction. Je sais que des membres de l’encadrement intermédiaire, des inspecteurs, contestent ces propos et louent quelques unes de ces décisions… Il faut bien rechercher un peu de positif quelque part si l’on ne veut pas être suspecté de complaisance ou de compromission ou de naïveté. Je sais que plusieurs de ces mesures séduisent l’opinion publique… C’est normal, c’est bien d’abord pour cela qu’elles sont prises, les instituts de sondage et les cabinets de communication sont excellents dans notre pays et le soutien des grands médias est acquis.

On peut prendre chacune des mesures et les analyser avec un peu de hauteur, en recherchant les perspectives. Toutes sans exception s’inscrivent de manière cohérente dans cette volonté de destruction qui inquiète tous les progressistes et qui provoquent des réactions hostiles compréhensibles de la part d’enseignants désobéissants de plus en plus nombreux. Il ne s’agit pas de taxer le ministre d’une sorte de machiavélisme ou de perversion. Il fait son travail, il prépare, tranquillement pendant un temps, plus fiévreusement aujourd’hui, l’installation du système libéral à l’anglo-saxonne, une école à deux vitesses, avec toute une série de mesurettes pour les pauvres, pour se donner bonne conscience. « Vous voyez bien : on fait tout pour eux (le soutien, les stages, des programmes plus simples, des devoirs identiques à ceux qu’avaient leurs parents, etc), ils sont bêtes, on n’y peut rien, c’est comme ça ». Tout est dans l’apparence. C’est un phénomène nouveau en France, à ce point d’exacerbation, car pendant longtemps la droite sous l’influence du gaullisme, n’était pas assimilable à l’ultra libéralisme et l’a même combattu. Il faut dire que l’absence de vrai projet neuf (qui ne soit pas que de l’aménagement de l’ancien) à gauche lui a facilité la tâche.

Les nouveaux vieux programmes. Aucune concertation. Aucune idée des auteurs. Aucun fondement théorique. Une réalité : le mépris pour tous les efforts accomplis depuis 1969 pour transformer l’école à l’initiative des gouvernements successifs de droite et de gauche. Une anomalie : le rejet brutal des programmes de 2002 qui avaient fait consensus et qui avaient obtenu l’aval de M. Darcos lui-même. Une évidence : ces programmes constituent une régression incroyable privilégiant totalement la mécanique à l’intelligence. Rappelons à nouveau que la référence commode aux bases, malgré sa logique apparente, n’a pas de sens. Signalons à nouveau, par exemple, que l’on peut connaître par cœur toutes les règles de grammaire, toutes les définitions, tous les tableaux de conjugaison… et être incapable d’exprimer une pensée structurée, une émotion, une indignation ? Nos prédécesseurs s’en étaient rendu compte dans les années 60 et avaient impulsé, avec l’INRP d’alors, des transformations de pratiques faisant le pari de l’intelligence. Aujourd’hui, plus personne n’en parle. Bientôt, il faudra remettre en chantier toute la rénovation pédagogique abandonnée. Que de temps perdu, d’énergie gaspillée, de bonne volonté méprisée !

Le service minimum d’accueil. Aucune concertation, même pas avec les maires pourtant concernés au premier chef. Une manière de dévaloriser l’école et les enseignants en suggérant à une partie des citoyens sous informés sur ces questions, que faire l’école, ce n’est pas si difficile, en instillant l’idée que les enseignants sont toujours en grève et s’opposent à tout, en prenant bien soin de ne pas évoquer ce service minimum quand il s’agit de remplacer les enseignants en cas d’absence, de maladie, de congés légaux. Un développement inévitable des conflits entre enseignants et parents… Et, qu’on le veuille ou non, dans les faits, une atteinte au droit de grève. Je connais des enseignants, passionnés enthousiastes, consciencieux, qui renoncent à faire grève au seul motif qu’ils veulent retrouver leur classe et leur matériel en parfait état le lendemain de la grève. On pourrait en sourire, ce serait ignorer totalement le niveau exceptionnel de conscience professionnelle des enseignants des écoles.
La semaine scolaire. Aucune concertation ni avec les enseignants, ni avec les élus locaux, ni avec le secteur associatif. Une annonce. Une mesure autoritaire. Un alourdissement de la journée pour les enfants en difficulté. Une surcharge de travail pour les enseignants astreints à une quantité de réunions et d’enquêtes inutiles. Chacun sait que le vrai problème est celui de la journée scolaire trop chargée, que les activités de soutien doivent trouver leur place à des moments où tous les enfants sont à l’école pour des activités diverses dans le cadre de projets éducatifs locaux concertés. Cela n’a aucune importance pour le pouvoir. L’ordre du ministre « débrouillez-vous ! » reste dans les mémoires. L’essentiel est l’affichage et les sondages.

Le soutien et les stages de remise à niveau. Aucune concertation. Une curieuse manière, sous couvert de garantie de l’égalité républicaine, de faire de la publicité indirecte pour les officines privées qui étaient déjà fort prospères et qui se multiplient. Une valorisation systématique du travail des élèves hors temps scolaire au détriment de leur travail dans le temps normal de classe. Aucune réflexion sur l’individualisation, sur la prise en compte de l’hétérogénéité, sur la pédagogie de la réussite . Un renforcement systématique de « l’évaluationnite », de la pédagogie de l’exercice et de la répétition, de la responsabilisation des enfants qui ne travaillent pas assez et des parents qui n’assument plus leurs responsabilités. Une volonté de transformer les victimes en coupables. Et on réussit presque à convaincre des esprits pourtant éclairés que la seule solution pour construire l’école d’aujourd’hui est de reprendre les méthodes qui ont échoué avant-hier. Ne soyons pas dupes. Avec tous ces dispositifs, on peut faire de grandes économies : supprimer les RASED, supprimer la formation initiale et continue… et dévaloriser le métier d’enseignant . L’ultra libéralisme est consubstantiel à la réduction de la dépense publique.

Le renforcement de l’autorité hiérarchique. Pour réussir ou donner une apparence de réussite, on transforme de fait, fondamentalement, les missions des cadres intermédiaires pour en faire des exécutants et des contrôleurs de l’exécution. Avalanche de notes, d’instructions, d’enquêtes, de contrôles, de réunions d’où il ne sort rien, mais personne ne le dit et un sourire poli suffit à satisfaire les responsables. Les témoignages innombrables que je reçois révèlent un malaise profond dans les écoles, des tensions entre les « pour le retour » au siècle dernier et les « contre », des colères contenues contre certains hiérarques qui vont au-delà même de ce que l’institution leur demande de faire et qui deviennent des propagandistes non pas de textes officiels mais de l’idéologie ultra libérale, le retour de la peur . Que penser de l’inspectrice qui le soir même d’un dépôt de motions des enseignants résistants s’empresse de publier sur le site de sa circonscription, les obligations légales des fonctionnaires et les risques de sanction présentées par un juriste ? Si elle était en exercice dans les années 1989/90/91 ou si elle l’avait été, a-t-elle, aurait-elle, utilisé le même type de menaces pour ceux qui s’opposaient à la loi de 89 ou qui faisaient preuve, parfois avec la bénédiction de leurs supérieurs, de formes de résistance passive qui ont réellement handicapé la mise en œuvre de cette loi, dont les historiens reconnaîtront qu’elle constituait une avancée considérable dans l’histoire de l’école ?

On peut ajouter au tableau noir tous les discours sur l’école maternelle, sur la suppression des aides éducateurs et la création d’un corps de contrôleurs de l’absentéisme, sur le système des primes, sur le pilotage par les résultats sans analyse de ce qui produit ces résultats, sur l’évaluation des maîtres au vu des résultats de l’année ou du mois…

L’entreprise de destruction de l’école primaire engagée après 2002 et renforcée en 2005 fait son œuvre. Les résultats de cette politique seront déplorables. Les coupables seront rapidement trouvés : les enseignants.
Le bilan de M. Darcos est catastrophique pour l’’école primaire. Les conséquences les plus graves ne seront réellement perceptibles que dans quelques années. On pouvait réellement s’attendre à autre chose quand il a été nommé. Son successeur aura un énorme travail. Même s’il persiste, comme on peut le penser, dans la perspective ultra libérale actuelle, il aura à retisser les liens entre l’école et les familles, entre les enseignants eux-mêmes au sein des écoles, entre les enseignants et une partie de leur hiérarchie, entre l’école et la nation…
Les professeurs des écoles maternelles et élémentaires ont besoin d’être soutenus, accompagnés, compris, respectés.

Ce n’est pas en essayant de les mettre au pas, en renforçant « l’administratisation », la technicisation, « l’évaluationnite » aigue, les contrôles et le menaces, en méprisant tous les efforts qu’ils ont réalisés depuis la fin des années 60, que l’on pourra obtenir leur mobilisation réelle et l’amélioration de la réussite scolaire.

Au-delà de ce nécessaire pacte de confiance à reconstruire avec les enseignants des écoles, il faudra bien se décider sans tarder davantage à expliquer quel citoyen et quelle société nous voulons former avec l’école.

L’individualisme et la compétition, la loi du plus fort et la résignation des faibles, la soumission ou la responsabilité, la reproduction ou le pari de l’intelligence, l’école enfermée ou l’école ouverte sur la cité, sur la société de la connaissance et de la communication, sur l’éducation tout au long de la vie…

On s’est terriblement éloigné de toutes ces questions fondamentales. Bientôt, elles nous exploseront au visage.
Espérons au moins un petit sursaut…dès le prochain renouvellement ministériel et un nouvel élan progressiste, mobilisateur, enthousiasmant… un peu plus tard… mais pas trop tard !

Pierre Frackowiak
Inspecteur honoraire de l’Education Nationale

Co-auteur avec Philippe Meirieu de « L’éducation peut-elle être encore au cœur d’un projet de société ? » (Editions de l’Aube. Mai 2008)

Merci de ne pas tenter de « grands débats » via les commentaires de ce post ;-)
Les com’ seront exceptionnellement modérés si besoin.

16 réponses à “La destruction de l’école primaire”

  • C’est une situation tellement complexe…

  • Je suis heureuse de lire un Inspecteur « qui se mouille ».
    Comme toi, je n’ai pas pu retenir quelques indignations sur mon blog. J’y ai perdu quelques lectrices. Tant pis !
    En tous les cas, je soutiens ton action relai et je crois que je vais faire un lien vers ton blog (si je n’oublie pas) ;o)

  • il n’y a pas de débat à faire et comme les lubies ravie de voir un inspecteur « parler » comme ça. Ce qui m’a indigné c’est ce qui a été dit sur les instits de maternelle (au sujet de changer les couches entre autres!)!! pour accompagner les classes de mes enfants dés que je le peux, je suis sure et certaine d’une chose : je ne pourrais pas être instit !! il faut la vocation!!
    merci pour ce texte.

  • z:

    Tout mon soutien

    Votre sortie de réserve courageuse vous honore, même si la situation est assez grave pour largement le justifier. Il semble que nous allons devoir résister, tous ensemble… Merci.

  • pas de débat mais simplement merci de relayer cet article.

  • merci de te faire l’echo d’un inspecteur qui prend la mesure de ce qui se passe…… quel dommage que je ne sois dans sa circonscription!!! ici , l’ien est comme ceux decrits plus haut……. quel malheur pour nos élèves…..

  • Anne:

    Je te soutiens et je suis inquiète moi aussi: mes élèves sont plus grands mais je me demande vraiment comment toutes ces réformes vont évoluer… Merci de relayer ce genre d’articles!

  • suppléante en maternelle, 2ème tentative au concours….où trouver la motivation?Merci à mes élèves, c’est de là que vient toute mon énergie!
    Que de questions sans réponse….
    Il faut se réveiller!

  • Pour te répondre : non le challenge de la tête à l’envers ne m’a pas vidé la tête !
    Mais peut-être que c’est tant mieux !? Comme le dit une de tes lectrices ci-dessus, il faut RÉSISTER même si ça semble parfois vain, j’avoue que j’ai très peur de se qui se passe actuellement… notamment à l’école et aussi à l’université…
    Bizzz et merci de ce post !

  • Resister ET communiquer

    Alors oui, comme cela a déjà été dit dans les commentaires, il faut résister (à la pression de la hiérarchie qui ne laisse pas souvent le choix…) mais aussi communiquer auprès des parents ce qu’on fait beaucoup en école maternelle: on doit légitimer notre existence, faire comprendre que la maternelle non ce n’est pas la garderie, oui il y a un programme, non nous ne sommes pas payés pour « changer les couches », et surtout donner du contenu, être exigent auprès des élèves, auprès des parents !
    Donc tout à fait d’accord avec ton post, il se justifie au vue de la situation actuelle!
    Et comme beaucoup de collèges, je pense à ma reconversion parce que même si j’ADORE mon boulot, je me rends compte qu’il me bouffe de plus en plus (après seulement 8 ans de métier…)
    Courage!

  • « résistes …. prouves que tu existes …. »
    moi, perso pour le service minimum d’accueil, je le boycot par respect pour ceux qui résistent et parceque ce n’est pas la vocation des agents municipaux que de garder nos enfants. primo, je ne les connait pas, je ne sais pas qui ils sont. secondo, il vaudrait lieux remplacer les profs qu’en ils sont absent pour maladie etc plutot que lorsqu’ils font grève.
    sur ce bon courage et merci pur ces explications.

  • mbodjette:

    résistance

    La plupart des commentaires viennent de prof des écoles apparemment…
    J’en suis une aussi, en résistance par la désobéissance (un mouvement un peu marginal mais qui s’étend). J’ai cependant dû stopper ma désobéissance après avoir été sanctionnée (4 jours de salaire en moins pour avoir pris tous mes élèves sur le créneau du soutien, alors que les consignes étaient de n’en prendre que 4 ou 5…)Désobéissance que toute l’équipe pédagogique de mon école a appliqué pour refuser la suppression des RASED.
    Mais la lutte doit continuer, ensemble (parents et enseignants) car sinon, notre Ecole va disparaître.
    Merci d’avoir abordé la question sur ton blog!

  • mf:

    Un peu en retard… on peut ajouter destruction de l’idée d’un service public d’éducation nationale de la maternelle jusqu’à l’enseignement supérieur…Moi aussi au rythme de ces coups portés à notre dignité, je ne sais pas si j’ai vraiment envie de rester enseignant-chercheur…

  • Solidaire

    Moi aussi je ne sais pas si je vais rester enseignante. Je reprends en septembre si tout va bien après mon congé parental mais je suis inquiète pour notre avenir et encore plus pour celui de nos enfants!

  • Avec toi, de tout coeur… Comme tous les enseignants, je suppose.
    Moi aussi, je ressens ce malaise au quotidien dans mon métier, dans mon école, dans mon équipe… Ce mal-être à cause de toutes ces réformes que l’on nous impose sans aucune concertation aucune, ces programmes surchargés et j’en passe…
    J’ai fait le choix de cloisonner les choses : mon blog (plutôt léger, gai et créatif…) et ma vie professionnelle parce que je ne souhaite pas faire de politique, ni soulever de grands débats… Mais si cela te soulage d’en parler ici, tu as bien raison de le faire ! Et je te comprends, je me répète, je suis de tout coeur avec toi.

  • nata:

    Maîtresse de maternelle solidaire !
    Il faut, je crois, dire les choses.
    Et là c’est, je crois justement dit !

Laisser un commentaire

At Home
Archives
Pub !
Tutos
Le petit sac facile qui va bien
The Trendy Foulard