Faire les valises ☁

Non je ne quitte pas la blogosphère. Pas encore.

Je suis en vacances. J’ai cette chance. Et qui dit vacances dit valises. Pas valise individuelle comme quand j’étais jeune et baroudeuse et que d’ailleurs j’avais plutôt un gros sac à dos de 55 litres avec plein de poches (j’allais partout avec, j’avais cousu des écussons et des drapeaux dessus à la main, sauf qu’à l’époque je ne savais pas coudre, c’était rigolo).

Trois ou quatres valises. L’Homme fait sa valise seul.

Je commence toujours par celles de mes filles. Une chacune. deux « petites » valises. Ne pas oublier les doudous, quelques livres, la veilleuse, les couches quand il y en avait (Alléluia, finies les couches après 6 ans de bons et loyaux services), et ça m’est arrivé plusieurs fois, de les oublier. Cette fois je n’ai rien oublié. Mais j’aurais du priviliégier les jeans et les pulls.

Ensuite il y a la partie « commune ». Gîte, donc draps. Serviettes de toilettes. Trousses de toilette. Crème solaire. Surtout ne pas oublier la crème. Qui dit crème dit chapeaux (eh oui, c’est le genre d’association d’idées qui surprend, je sais). Ah oui les maillots de bain. Les brassards des filles pour ne pas couler au fond de la piscine. Les serviettes de plage de piscine.

La glacière pour les dix heures de route. Tout un programme. Mettre les pains de glace au frais la veille. Y penser. Dans ma tête, dans un autre monde parallèle sorti du frigo, celui de ma propore valise, je commence à réfléchir.

MA valise. A ce stade des préparatifs plus rien ne me va, je vois la vie en gris, envie de prendre des habits d’été mais on ne sait jamais, avec la météo… je deviens bom-bom (expression qui me vient de ma belle-soeur, du côté de Guérande). Il ne faut plus me parler ni me contrarier. Du coup la frénésie de coudre me prend à 22h00 la veille du départ et il me faut absolument ce haut du Nani Iro  en lin rose (quelle idée, je ne porte jamais de rose) pour aller avec ma jupe noire. C’est parti. Soupape de sécurité. Machine à coudre et Georgette la surjette à la rescousse. Les quatre valises sont prêtes, dans le salon. La mienne est encore ouverte. On ne sait jamais.

Nous sommes rentrés hier soir. Après 10 heures de route. Une semaine en montagne avec une météo digne parfois d’un temps de Toussaint. Les valises sont presque défaites. Demain ma « grande » repart pour deux semaines au bord de la mer chez ses grands-parents. Je vous laisse. Vivement qu’elle sache faire sa valise toute seule ;o)

7 réponses à “Faire les valises ☁”

  • Et le haut rose ? On ne le voit pas ? :O

  • argh ! m’en parle pas…
    Faut que je commence à y penser. Et j’ai l’arrivée d’un neveu ou d’une nièce à préparer. Bouh…

  • je rentre aussi d’une semaine à la montagne ! une semaine de pluie. . . grrrrr ! et pour les valises ce n’est pas fini ! mais pour le moment, c’est lessive et repassage. . . un peu !

  • Autant j’aime faire les valises, autant je déteste les défaire!!!

  • Ton histoire ressemble aux miennes… ma valise, toujours bouclée en dernier et dans laquelle je finis trop souvent par oublier l’essentiel!
    Cette année, je scrute la météo-à-10-jours sur internet pour ne pas me tromper de saison. Pff. Les pulls seront de la partie et je n’ai plus le temps de tricoter.
    Bon retour!

  • zelapin:

    ah, j’oubliais, fais pas ta maligne avec ton « pas encore »! T’as pas de pression, pas de rythme à tenir, juste poster quand tu le sens, donc ne quitte pas la blogo, steup!

  • Ka:

    C’est drôle, nous faisons nos bagages de la même façon, sauf que je fais une valise pour deux enfants!
    En revanche, brancher la MAC à 22h00 la veille du départ, ce n’est pas raisonnable!!! Mes nerfs, mis à rude épreuve avant les départs en vacances n’y survivraient pas!

Laisser un commentaire

At Home
Archives
Pub !
Tutos
Le petit sac facile qui va bien
The Trendy Foulard