Mieux comprendre

Ma mystérieuse grande fille nous a donné du fil à retordre. Je n’en parle jamais ici car c’est très personnel. Mais quand depuis quatre ans on trouve son enfant étonnant, curieux, atypique sous bien des aspects, on se questionne. On voit de petites choses mais on ne mesure pas bien. On voit bien que parfois cela ne va pas. Quand on nous dit qu’il faut attendre, que ça va passer tout seul, qu’on stresse trop, on se fait une raison, et on patiente, et surtout, on gère comme on peut. Pendant ce temps, l’enfant mystérieuse grandit, évolue, parfois bien, parfois de manière encore très singulière. Elle n’est pas malheureuse, loin de là. Elle va « plutôt bien ».

Et puis un jour rien ne va plus à l’école, en grande section. La maîtresse ne comprend pas, la maîtresse fait des reproches, que j’entends parfaitement. Je connais ma fille, je sais la façon dont elle peut être. Après quelques efforts on me dit que cela va mieux. Mais on entame un suivi chez un pédopsychiatre, car d’autres choses ne vont pas, j’ai l’impression que la solution est à l’extérieur de la famille.

Puis vient l’entrée en CP, catastrophique au bout de trois semaines sur le plan du comportement, du respect des règles de vie, de la relation aux autres enfants. Mon enfant est agressive, ment à sa maîtresse, à ses parents, est de plus en plus dure avec sa petite sœur. Sa maîtresse, extrêmement attentive, nous dit son désarroi, nous explique ce qui se passe en classe. Elle ne sait plus quoi faire.

Inutile de préciser l’anxiété décuplée, nos questionnements incessants, mes nuits blanches. Un jour on trouve une piste. C’est la bonne. Ma fragile Sido va tout de suite mieux, on comprend, on souffle. Miraculeusement tout va mieux partout, à la maison, à l’école, même s’il reste du travail et un accompagnement à faire, c’est certain.

Je ne raconte pas sa vie ici. La question n’est pas celle de savoir ce qui se passe chez ma grande fille de 6 ans, puisqu’elle va aller bien.

Je veux juste dire que quand on sent que quelque chose ne va pas pour son enfant, c’est que quelque chose ne va pas. Ne pas attendre que tout aille mal. Écouter son cœur de maman et ne pas écouter les autres, ceux qui ne s’alarment pas. Prendre son courage à deux mains et consulter. Tout de suite. J’ai perdu un temps précieux, inutile de vous dresser le tableau de ma culpabilité, que ce soit celle de la maman, ou celle de l’institutrice que je suis aussi. Ce n’est malheureusement pas le psychiatre qui a trouvé la solution, ce n’est pas la maîtresse de ma fille, même si elle était finalement sur la même piste que la mienne, à quelques semaines près. C’est nous, ses parents, qui avons trouvé cette piste qui s’est avérée être la bonne (confirmée par une psychologue), à la fois en écoutant quelques personnes qui nous avaient mis la puce à l’oreille, et en faisant nos propres recherches.

On monte le son, everything’s fine now ;-)

15 réponses à “Mieux comprendre”

  • Anne:

    Tellement difficile de trouver la juste mesure entre l’affolement et la dénégation. Ton post m’a mis les larmes aux yeux. Heureuse de savoir que tout va bien pour Sido maintenant.

  • C’est qu’il nous en faut, du courage, pour être parents.
    Merci pour ces mots, qui confirment l’importance de suivre son ressenti. Et pour ta pudeur à ne pas raconter son histoire à elle sur la toile.
    C’est bien bon de savoir qu’elle va mieux.

  • sab:

    qui mieux qu’une mère peut reconnaitre les besoins de son enfant ! ne jamais écouter les autres, prendre des conseils oui mais surtout agir et au plus vite avant que cela se dégrade ardemment. Le commencement de la vie peut être ingrate pour certaines jeunes enfants, il y a toujours une aide pour apaiser ces maux et surtout quand les résultats sont là !!

    bien à vous.

  • Ce que je retiens, c’est qu’elle va mieux. Et vous aussi j’imagine.
    Ecouter nos enfants, en sachant que personne ne les connait mieux que nous.

  • bon, je suis bien contente de lire que ça va et que ça va aller, c’était pas évident au début du post. ouf donc.
    après, pour le coup de réagir assez vite quand on sent que « quelque chose cloche », je suis bien d’accord. à deux ans passés, notre asticot disait que l’assistante maternelle ne « l’aimait pas ». en fait, elle était à la limite de la maltraitance, de la sournoise pas physique.
    donc (encore), je crois qu’effectivement, on est bien placés pour percevoir les choses, et en même temps mal placés pour avoir de façon évidente les clés pour comprendre.
    dans ton cas, sortir de la famille a peut-être permis de prendre un petit temps de recul qui vous a aidés à y voir clair.
    m’enfin, je me répète, mais … bien contente que ça aille.
    des bises!

  • clairdesoleil:

    Je me revois, dans la même situation, il y a qq années avec cette culpabilité, cette souffrance et ce doute.
    Puis l’incompréhension des instits ou profs face à moi (maman au foyer, blonde, avec un accent du sud) qu’on ne voulait pas entendre et à qui on expliquait sur un ton dédaigneux que je faisais fausse route.
    Bref… chez nous tout va mieux et je suis contente que cela s’arrange aussi chez vous.
    Bon courage la route est longue…

  • Je m’ennuie aujourd’hui (ben oui, pourtant, je suis au boulot). Donc, je farfouille sur les blogs et je tombe ici. Hasard ???? Bizarre… J’ai un fils, 9 ans et demi, avec qui nous avons connu des situations difficiles mais qui ont été résolues par sa maitresse de MS à l’époque. Et je me souviens d’avoir vécu des moments difficiles aussi car je voyais, je sentais qu’il était mal et personne d’autre ne voulait le voir. Je sens une pression sur le ventre chaque fois que mes enfants ne sont pas au top. Je profite des moments, mois, années (j’espère) pendant lesquels il va bien. Le collège approche à grands pas avec ses nouvelles épreuves et j’ai peur…lui aussi d’ailleurs.
    Sa petite sœur montre des signes, différents mais aussi angoissants. Je croise les doigts…
    Je crois qu’être maman, c’est ressentir des choses et se battre pour les faire admettre aux autres. Et c’est un sacré boulot.

    Courage alors.
    Je reviendrai, du coup !

  • Quel drôle de chemin que celui de parents, tiraillés entre aveuglement et clairvoyance…
    Mais une belle éclaircie finalement même si je comprends ce « temps perdu ». Moi, je me souviens d’une maîtresse qui un jour de rentrée a su prendre sous son aile ma fille en crise, crise incompréhensible à mes yeux de maman. Loin de moi l’idée de comparer ces 2 situations mais juste pour remercier cette clairvoyante et compréhensive institutrice. Merci !

  • Ka:

    Quel joli billet qui montre avec justesse les angoisses que l’on ressent dans notre vie de parents, surtout quand le chemin n’est pas aussi droit qu’on le souhaiterait. Contente de voir que tout va mieux, que ta jolie Sido va mieux…
    Et puis merci pour ce petit morceau de C2C… Découverte bien sympathique!

  • Elsa:

    Heureuse de savoir que ta grande puce va mieux, et bravo d’avoir su être attentive à tous ces signes qui peuvent si facilement être mal interprêtés et conduire à de vrais gâchis !

  • Ravie de voir que ta puce va mieux…il nous faut toujours écouter notre coeur de maman…mais ne culpabilise pas, l’essentiel c’est que tout va et ira mieux maintenant…bon week-end à vous 4 et à bientôt…peut-être un petit coucou « pour de vrai » pendant les vacances de février (1°semaine, si tu es là?)

  • Eh bien, je m’inquiétais il y a quelques mois de ta jolie Sido, et aujourd’hui, ce message… qui ne me rassure pas forcément, je l’avoue. Qu’a-t-il bien pu arriver à cette petite fille? J’espère en tout cas que, maintenant que vous avez trouvé la bonne piste, Sido va très vite voir la vie en rose et retrouver l’insouciance des petites filles de 6 ans.

  • Mélanie:

    Hum comme je vous comprend! J’ai moi aussi un ovni dans la maison et dans mon cœur. Ce sentiment que quelque chose est différent je le connais si bien. Et je me suis sentie seule contre tous pendant des années mais il est vrai que seule une maman ressent vraiment les choses. Moi aussi je suis sur la bonne voie , celle de la precocité… Moi aussi je pirte beaucoup de culpabilité et maintenant il faut avancer. Je ne sais pas si votre petite Sido est dans cette situation mais je suis de tout cœur avec vous et même si cela est très personnel, ça fait du bien! Amicalement, mélanie

  • Comme beaucoup de personnes ayant laissé un commentaire, je suis touché par ce message. Je pense que l’on est confronté un jour ou l’autre à la complexité de la vie et ses questions ,plus ou moins jeune. Le tout est d’être bien à l’écoute de soi, des autres mais aussi d’être entendu dans les moindres signes de détresse. Bravo à vous pour votre courage, l’écoute de votre instinct et belle vie à votre fille. Amicalement

Laisser un commentaire

At Home
Archives
Pub !
Tutos
Le petit sac facile qui va bien
The Trendy Foulard